November 25, 2015

20 great films with political and social content

Here a collection of tapes from various countries that refer to situations and political conflicts that marked an era and a population.

The cinema has become the document that describes and sets the precedent of the existence of a fact, a conflict of a social reality that is presented to the public through the lens of the filmmakers and actors running.

In this list, released by the website United Explanations can be found tapes of various countries, referring to situations and political and ideological conflicts that marked an era and a population.

These are some of the most important films with political and social content, find these films at and you will be offered to watch all your favourite movies for free online

The Great Dictator (1940)

Directed by and starring silent film star Charles Chaplin, the film portrays the clash between two opposing personalities, parodying the Nazi regime of Hitler, embodied by a single performer.

Good Bye, Lenin! (2003)

A young German seeks, after his mother awakens from a coma, recreating life in East Germany to prevent women suffer some kind of shock by the events after the fall of the Berlin Wall.

In this film, directed by Wolfgang Becker, the changes are evident and Germany suffered, par excellence, the whole world after the fall of the USSR.

Citizen Kane (1941)

Directed by the prolific Orson Wells, the film, based on the life of a character who symbolizes the power of the US media industry, William Randolph Hearst, it addresses the discourse of power as part of the search for the meaning of the last word ‘Charles Foster Kane ” Rosebud ‘.

The film is also generating other films related to the dispute and the obstacles that were given to its implementation and dissemination in US territory.

V for Vendetta (2005)

Director James McTeigue, and with the participation of contemporary Hollywood stars like Hugo Weaving and Natalie Portman portrays the life of a British terrorist known as ‘V’, who struggle against an oppressive system in a futuristic environment in Britain. It is based on a comic strip written by Alan Moore and illustrated by David Lloyd.

Machuca (2004)

Chilean film directed by Andrés Wood, shows the segregation and selective destruction that occurred during the coup that ended the government of Salvador Allende in the southern country.

Dr. Strangelove (1964)

A renowned Stanley Kubrick film that humorously, displays the tensions experienced during the period of the cold war and is also remembered for the many interpretations of actor Peter Sellers.

Memories of Underdevelopment (1968)

Key to understanding a process of political transition of great importance in Latin America as it was the Cuban revolution film. The director Tomas Gutierrez Alea shows, from the main character, the individual’s adaptation to a new logic of society that hangs over the island during the time in which the film occurs.

1984 (1984)

To mark the arrival of the date prophesied by George Orwell on the play, this audiovisual adaptation, directed by Michael Radford, and the faithful presence of the spaces covered in the literature, of a world dominated by ideologies launched oppressor and the opinion of the political party that controls the past, present and future citizens.

The Night of the Pencils (1986)

Music by the Argentine representative group ‘Sui Generis’ and his song ‘Rasguña Las Piedras’ Hector Olivera is based on the reality show drama-even for young force- and silenced disappeared during the military dictatorship in Argentina.

Into the Storm (1982)

Directed and written by the iconoclastic Fernando Vallejo, was recorded in Mexico by the difficulties of implementation in Colombia, the film tells of a raw and naked form, constant political violence experienced in rural settings of Colombia by bipartisan disputes.

Battleship Potemkin (1925)

A cult to the universal cinema became one of the most important propaganda pieces of all time, winning adherents even in enemy lines in Nazi Germany tried to make a film that subvert what is shown in this work of Eisenstein, and did the piece called ‘The battleship Sebastopol’.

Herod’s Law (1999)

With a roster of performers that includes the late Pedro Armendariz Jr. And Damian Alcazar, this Mexican film shows the massive corruption that is brewing from access to power.

The Lives of Others (2006)

Deserving of an Oscar film award, set in the 1980s, reflecting control practices and social stigma experienced by political dissidents in communist East Germany.

Hotel Rwanda (2004)

With the role of Don Cheadle film contextualizes and evidence the results of colonial segregation in Africa and the way in which ethnic conflict becomes the incentive for an unprecedented slaughter that shocked the world.

Lust, Caution (2007)

The award-winning Taiwanese director Ang Lee, recreates the intrigue and violence experienced during the Japanese occupation of Chinese territory in the Second World War. An espionage thriller eroticism and high audiovisual quality.

Butterfly’s Tongue (1999)

A war drama in the context of the Spanish civil conflagration that marked the arrival of the fascist dictatorship of Francisco Franco and the fall of the republic, all these situations illustrated by the eyes of children lost in a sea of ​​political complexities loaded violent actions.

Life Is Beautiful (1997)

Starring and directed by Roberto Benigni, he tells the story of Guido, a Jewish librarian who tries to protect his son, during the German occupation of World War II, showing the devastating war as a game.Winner of three Oscars.

Wag the Dog (1997)

With players of the caliber of Robert de Niro and Dustin Hoffman’s film shows the ups and downs of the obvious political manipulation at the highest levels of the US government when trying to cover up a sex scandal the president of that country by a fictional war.

Invictus (2009)

Directed by Clint Eastwood and co-starring Morgan Freeman and Matt Damon shows one of the most memorable deeds of Nelson Mandela, the use of the language of sport as a means of unification in the Republic of South Africa, lost in the segregation of apartheid.

Trance Earth (1967)

Brazilian Glauber Rocha portrays escenificándose in the fictional country of ‘El Dorado’, contains and develops some of the most exemplary of Latin American governments in this context political practices ‘Paulo Martins’ becomes the thread to unravel the events developed under the fallacious ideological campaigns.

vendredi 28 décembre 2012

Des No Tav italiens s'adressent au ministre de l'intérieur

Traduit de l'italien, depuis le site

"La modernisation du réseau de transport italien ne peut renoncer à ses projets de développement sous l'influence de la pression de la rue, sans s'autocondamner à un futur de déclin". Voilà ce qu'a dit la ministre de l'intérieur italienne parlant, lors d'une audition au Parlement, des manifestations No Tav en Val di Susa. La Valsusa pour la ministre est "le foyer qui donne le plus de fil à retordre aux forces de police".

Le vrai problème, cher ministre, c'est que le "foyer" ne donne pas seulement du fil à retordre à la police, mais aussi à toute la classe politique italienne, que nous attendons au tournant aux prochaines élections. Du reste, nous le disons à vous et à vos collègues : des ministres de l'intérieur et des premiers ministres nous en avons vus beaucoup depuis 20 ans, et tous disaient la même chose. Pendant ce temps nous, nous sommes encore là, et continuons à être un problème pour ceux de votre espèce, et un espoir pour le peuple.
See you soon.

PS : nous vous attendons toujours à Chiomonte ... Et payez les heures supplémentaires aux troupes d'occupation du chantier, qui commencent à se plaindre en même temps que nous de cette situation, ça devient embarrassant !

mardi 25 décembre 2012


Attention ! Michel Destot fait quelque chose.

M. Destot nommé rapporteur à l’assemblée pour le Lyon-Turin.
Tout vient à point à qui sait attendre : même à Michel Destot, qui après 14 années de députation n’a à peu près aucun fait d’armes à son actif à l’assemblée et se traine une réputation de parlementaire fantôme ; même à lui, qui après les présidentielles a vu s’envoler tous ses rêves de portefeuilles ministériels. Aujourd’hui, le voilà contraint de ramasser les miètes : voilà qu’il vient d’être nomé « Rapporteur du projet de loi autorisant l’approbation de l’accord entre la France et l’Italie pour la réalisation et l’exploitation d’une nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin ». Le maire de Grenoble, ancien ingénieur nucléaire au CEA et fervant promoteur des nano et bio-technologies, a toujours été un soutien du bétonnage des territoires : c’est assez logique de le retrouver impliqué dans un projet aussi inutile et néfaste que le Lyon-Turin. Il y a quelques mois, nous avions déjà épinglé Jacques Chiron, un autre élu Grenoblois lors d’une séance de promotion publique. M. Chiron est d’ailleurs, en tant que représentant de la ville de Grenoble, membre de la Transalpine. La Transalpine est un lobby composé d’industriels et de politiques, présidé par le PDG de Danone. Ce lobby « a pour objet de mener toute action de nature à faciliter ou accélérer la réalisation de la liaison ferroviaire Lyon-Turin »*. Apparemment, le lobby en faveur de la LGV a bien fonctionné à Grenoble.

La LGV Lyon-Turin, l’ombre du sillon alpin.
En décembre 2003, l’Etat a retenu la candidature du Sillon alpin comme « métropole européenne émergente », et ses promoteurs s’investissent déjà dans toutes sortes de projets communs, tels que « la liaison ferroviaire Lyon-Turin qui confirmera la position de métropole européenne du Sillon alpin ». La cause du Val de Suse est notre cause. La destruction de cette vallée alpine sur l’autel de la très grande vitesse économique n’est qu’une des conditions nécessaires à la destruction du sillon alpin. M. Destot et M. Chiron sont par ailleurs les promoteurs du projet « sillon alpin ». Le « sillon alpin » (nom donné à la zone s’étendant de Valence à Genève) est un projet à long terme consistant en la création d’une ville unique (une « conurbation », dirait M. Destot) sur 200 km. Pour réaliser ce projet, il serait nécessaire de construire des routes, des ponts, des tunnels, des immeubles... Mais que la ville soit pratiquement partout, n’empêcherait visiblement pas qu’il faille aller toujours plus vite pour s’y rendre. Pour ceux qui souhaitent habiter une ville de 200 km de long et de 2 millions d’habitants, il est donc nécessaire de construire des infrastructures de transport à la hauteur de leurs ambitions. Des infrastructures telles que la LGV Lyon-Turin. Ces deux projets vont de pair, et suivent d’ailleurs la même logique : la destruction de notre territoire.
Bien sûr, M. Destot nous soutiendra que ces projets nous apporteront l’emploi, et la croissance, bien qu’il n’y croie pas lui-même. Par contre, il oubliera certainement de vous dire que le trafic de marchandise dans les Alpes est en baisse depuis des années, que les sommes d’argent public investies sont démesurées (minimum 26 milliards d’euro, soit deux fois le déficit de la sécurité sociale !), et que ces grands travaux favorisent, en Italie comme en France, les intérêts industriels et mafieux, à notre détriment, aujourd’hui et demain.
Nous nous opposons à ces projets, certes parce qu’ils sont inutiles, coûteux, et néfastes. Mais nous ne voulons ni les amender, ni les améliorer. Seraient-ils gratuits et optimisés que nous n’en voudrions pas non plus, parce qu’ils ont été conçus loin du débat public, par les industriels et leurs techniciens, et que leurs intérêts s’opposent en tout à ceux des populations.

No TAV : les vallées qui résistent.
De l’autre côté des Alpes, le Lyon-Turin c’est une vallée occupée par l’armée et la police, une opposition quotidienne et massive, des dizaines de blessés, des habitants noyés sous les gaz lacrimogènes, des personnes arrêtées puis jetées en prison, des entreprises qui s’envolent avec les financements européens... Non pas seulement un projet avançant au mépris des habitants, mais une violence dirigée contre eux. Là bas, en Italie, les choses ont au moins le mérite d’être plus claires.
De ce côté-ci des montagnes, le temps de discuter pour savoir si le Lyon-Turin est souhaitable ou non est déjà écoulé, comme celui des critiques techniques. Après le sommet du 3 décembre 2012, c’est la phase politique du projet qui commence, et nous devons plutôt employer notre temps à savoir comment nous nous y opposons. Comme en Italie, le mouvement des « NO TAV » (no treno alta velocità**), né de vingt années de contestation de la ligne, se répand bien au-delà du tracé, parce qu’il est devenu un symbole de la résistance des petits face aux puissants, et de la revendication à une vie décente, qui ne soit pas constamment menacée par les gourous de la croissance. Les élus qui se couchent devant les lobbystes deviennent aussi responsables des exactions qui accompagnent le chantier côté italien. Il se placent du côté de ceux qui bafouent la démocratie qu’ils sont sensés incarner, de ceux qui usent de toutes les armes dont ils disposent contre les populations qu’ils devaient représenter, de ceux qui font valoir les intérêts privés des industriels contre ceux des habitants.

Comité No Tav Chambéry, décembre 2012.

Visuel créer récemment par des membres du collectif

Contre le ferroutage

Ou comment les Verts s'enferrent dans le développement duraille


Val de Suse, Italie, 16 novembre 2005 : 80 000 personnes manifestent contre le TGV Lyon-Turin. Les habitants de cette vallée, rejoints tardivement par les Verts Italiens, se battent contre ce projet depuis des années. La première semaine de décembre verra des dizaines de milliers de personnes occuper le site des travaux, se faire expulser en pleine nuit par des milliers de flics, puis réoccuper le terrain deux jours plus tard.

Grenoble, 9 décembre 2005 : une poignée de manifestants rassemblés devant le local des Verts-Isère dénonce le soutien des élus écologistes français au TGV Lyon-Turin. Étonnés, les militants Verts : “Comment pouvez-vous être contre le train ? Cette ligne TGV permettra le ferroutage ! C'est un projet écologique, non ?"

Le Lyon-Turin est un cheval de bataille des Verts depuis 20 ans. Au départ ce projet devait être une ligne TGV reliant les deux grandes villes en deux heures et achevant la liaison Lisbonne-Kiev. Face à l'enfer du trafic de camions dans les Alpes, les Verts ont milité pour en faire aussi une ligne de ferroutage. Ils considèrent le Lyon-Turin, "chantier du siècle" (15 milliards d’euros ; percement d’un tunnel de 53 kilomètres ; 15 ans de travaux) comme une victoire. Une récompense pour leur participation au système. Une carotte justifiant leur existence politique. "Après une année de mandat (NDR : au Conseil régional de Rhône-Alpes), les Verts ne sont pas mécontents de l'audience qu'ils ont acquise au sein de l'exécutif de Jean-Jack Queyranne, notamment sur la question des transports en Rhône-Alpes, et plus particulièrement du fret. A la tête de la commission Transports, Gérard Leras, chef de file des Verts, travaille en étroite collaboration avec le socialiste Bernard Soulage (NDR : ex-directeur de cabinet de M. Destot à la Ville de Grenoble), premier vice-président en charge de ce dossier, ce qui n'écarte pas la nécessaire confrontation des points de vue."1

Pour les non avertis, Gérard Leras a gagné son collier d'opposant raisonné dans la lutte contre l'autoroute A51 (Grenoble-Sisteron) dans les années 1990, qu'avec ses compères des Verts et de la FRAPNA il a contribué à anesthésier. Aujourd'hui toute l'étendue de leur contestation consiste à réclamer un "aménagement" des routes nationales 75 et 85 en deux fois deux voies, soit une autoroute par un autre nom. Réclamation qui s'accompagne précisément d'un développement du ferroutage, notamment du Lyon-Turin.

Sourds aux arguments des opposants et des Verts italiens, les écotechs français ignorent les risques environnementaux du projet (présence d'amiante et d'uranium dans les montagnes qui doivent être percées) et ne craignent par d'infliger aux habitants de l'étroit Val de Suse (300 à 800 m de large) une autoroute ferroviaire de 300 trains par jour. "Nous, les gens de la vallée, nous avons déjà donné. Chez nous passent deux routes nationales, une autoroute, une ligne électrique à haute tension et une ligne ferroviaire."2 Selon Gérard Leras, une bonne com' aurait résolu le problème : "L'Etat italien a généré le refus des populations en présentant un dossier sans transparence, sans information sur le chantier et son impact environnemental, faisant uniquement apparaître le Lyon-Turin comme un train voyageurs à grande vitesse et pas comme un moyen de transférer le trafic marchandise de la route vers le rail."3 Berlusconi, prends-en de la graine, chez les Verts isérois on sait comment manœuvrer les "populations".

Le ferroutage est l'avenir de la marchandise
Eternels gestionnaires des nuisances, les Verts français ont la solution pour absorber les flux croissants de marchandises : le ferroutage, soit le transport des camions de marchandises ou des conteneurs par des trains. "Initialement le Lyon-Turin était un projet voyageurs, ce sont les Verts qui lui ont fait prendre le virage du transport des marchandises"4, se flatte Gérard Leras. Le président de la communauté de montagne de la basse vallée de Suse, Antonio Ferrentino, raconte une autre histoire : "Au départ, la TAV (NDR : le TGV) Lyon-Turin est née comme un projet pour les passagers. Puis les promoteurs se sont rendu compte que les perspectives n'étaient pas suffisamment importantes. Ils ont donc ajouté le projet de transport ferroviaire pour les marchandises et les camions."5

Qu'importe. Pour Leras, "il est désormais indispensable de faire des études sur les flux de marchandises existants et à venir pour prouver à la population l'utilité de cette nouvelle liaison ferroviaire à grande vitesse."6 Notons qu'il s'agit d'abord de lancer le "chantier du siècle", et ensuite de réaliser les études qui prouveront son bien-fondé. Décidément les socialistes rhônalpins peuvent se féliciter de l'audience qu'ils ont acquise auprès des Verts, qui ont adopté jusqu'à leurs process inversés. Sans doute prévoient-ils ensemble pour 2020 un débat citoyen sur l'opportunité du Lyon-Turin.

En train ou en camion, le trafic de marchandises alimente cette croissance que les Verts comme leurs alliés socialistes vénèrent à genoux. Leras : "Je crois qu'il faut réaffirmer aujourd'hui que l'unique priorité, dans une vision prospective et responsable d'aménagement du territoire, c'est de traiter le problème des marchandises par le rail. Et ce même si l'essentiel est d'œuvrer à long terme pour des économies de proximité et contre les déplacements inutiles." 7
Le long terme attendra, aujourd'hui les Verts œuvrent pour que les citadins consomment des tomates en plein hiver, pour que Carrefour vende en France du riz "bio" cultivé dans le sud de l'Italie et conditionné en Belgique, pour que nos yaourts n'arrivent pas sur nos tables avant d'avoir tourné 3000 kilomètres autour de l'Europe.

"Il ne faut pas oublier que le trafic entre la France et l'Italie doublera dans les 20 prochaines années. (...) Réfléchissez seulement au fait que la région Rhône-Alpes est l'un des 4 grands moteurs économiques européens, avec la Bade-Wurtemberg, la Catalogne et la Lombardie (…) Vous comprenez, le Lyon-Turin a une grande importance stratégique en Europe : c'est le chaînon manquant de l'axe ouest-est qui permettra de relier Lisbonne à Kiev. Et Lyon sera justement un carrefour fondamental avec l'axe nord-sud, celui qui va de Londres à Naples." Au moins Bernard Soulage parle-t-il franc : l'objectif du Lyon-Turin, c'est le maintien de Rhône-Alpes en tête des régions les plus riches d'Europe, la croissance de son activité donc les flux de toutes sortes.
Comme de règle pour toute nouvelle infrastructure, le ferroutage contribuera à la hausse du trafic des marchandises, facilité par la nouvelle ligne. Le Lyon-Turin ne réduira pas le trafic mais l'augmentera, il est conçu dans ce dessein.

Le ferroutage par le Lyon-Turin sert beaucoup d'intérêts particuliers. Celui des tenants du "développement durable", qui prétendent défendre l’environnement des vallées asphyxiées par les camions (Mont Blanc, Maurienne). Celui des industriels, transportant toujours plus de marchandises d’un bout à l’autre de l’Europe, qui multiplient délocalisations et sous-traitance de la production. Celui enfin des élus de Rhône-Alpes et du Piémont, qui clament la création de "milliers d’emplois" sur le chantier et promettent le "rayonnement international" de leur région.

Quant à nous, contre le ferroutage, contre le TGV et contre le "développement durable", nous réclamons la relocalisation de la production. Aucune vallée au monde ne mérite d’être sacrifiée au trafic de marchandises et au passage de TGV. Nous demandons l’abandon de ce projet de développement techno-industriel et la démission de ses promoteurs, écotechs verts compris.

Nous appelons Dauphinois et Savoyards à se joindre à la lutte des Piémontais, en manifestant à Chambéry le samedi 7 janvier 2006 à 14h, place du Palais de Justice.

Les escargots, 21 décembre 2005
1 Le Daubé 4/07/05
2 Le Monde 20/12/05
3 Le Daubé, 16/12/05
4 Le Daubé 20/12/05
5 Libération, 15/12/05
6 20 Minutes, 20 décembre 2005
7 Le Daubé, 4/07/05

Notre-Dame-des-Landes - LGV Lyon-Turin : même combat !

Vous trouverez ci-dessous un tract distribué le mercredi 28 novembre 2012 devant la mairie de Grenoble lors d'un rassemblement contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes :

Le 3 décembre 2012, les chefs d’Etat français et italien François Hollande et Mario Monti se réunissent à Lyon pour conclure le plan de financement de la Ligne Grande Vitesse Lyon-Turin (LGV ou TAV en italien). En Italie, cela fait vingt-deux ans que les habitants de la vallée de Susa sont en lutte contre ce projet de destruction du territoire. Mani­fes­ta­tions de 80 000 per­son­nes, blo­ca­ges rou­tiers, assem­blées popu­lai­res, occu­pa­tions de chan­tiers : le mou­ve­ment NO TAV est créa­tif, massif et tenace. En France, la lutte a émergé plus récemment. Elle prend de l’ampleur depuis un an avec la constitution de nombreux comités opposés au TAV sur tout le tracé de la future ligne, de Lyon à la Maurienne, en passant par le nord-Grésivaudan, la Chartreuse et l’avant-pays savoyard. Aujourd’hui, les opposants grenoblois à l’aéroport de Notre Dame des Landes ne peuvent pas ignorer la lutte que mènent à deux heures de chez eux les comités français et italiens contre la LGV : nous luttons contre la même logi­que techno-indus­trielle, celle de la com­pé­ti­ti­vité économique dans le mépris total des popu­la­tions et de leur envi­ron­ne­ment.

Des grands projets inutiles... sauf pour les grands patrons du BTP
Pas plus que l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la LGV Lyon-Turin ne répond pas à un besoin des populations. Pour justifier ces grands projets, leurs promoteurs expliquent que les infrastructures existantes ne pourront pas absorber l’augmentation prétendument inévitable du trafic de passagers et/ou de marchandises. Ils mentent : on sait que la ligne de train déjà existante entre Lyon et Turin est complètement sous-utilisée, et qu’elle pourrait absorber à elle seule la quasi-totalité des marchandises transportées par camion à travers les Alpes. Surtout, les technocrates et patrons du BTP posent la question à l’envers : plutôt que de nous demander comment permettre à des marchandises (ou des cadres sup’ à haut revenus) de traverser l’Europe toujours plus rapidement, demandons-nous d’abord pourquoi les tomates que nous mangeons en France sont produites en Espagne, préparées en Italie, et conditionnées en Allemagne. La seule raison d’être de ces projets, ce sont les 500 millions d’euros pour l’aéroport de NDDL et les 20 milliards pour la LGV Lyon-Turin, que les patrons du BTP prévoient de se mettre dans les poches.

Le saccage de l’environnement et des territoires.
Tout le monde sait qu’un aéroport est une aberration écologique. Pour le train, c’est plus compliqué. Depuis 2007, et jusqu’à un récent revirement, les écologistes ont en effet défendu la LGV Lyon-Turin comme permettant de mettre des camions sur les trains et de diminuer ainsi la pollution dans les vallées alpines. Or, la LGV n’arrêtera pas le transport routier de marchandise. À l’inverse, en facilitant la traversée des Alpes, il incite les transporteurs à affréter encore plus de camions sur l’axe Lisbonne-Kiev. Si l’on veut arrêter les camions, il faut défendre une économie locale, pas leur creuser une nouvelle voie royale ! Par ailleurs, le creusement des nombreux tunnels (dont le plus grand tunnel d’Europe) entraîneront de nombreuses nuisances : destruction de nombreuses terres cultivables, assèchement de sources et ruisseaux, excavation de millions de tonnes de déblais polluants (amiante, uranium) qu’il faudra ensuite stocker dans les vallées alpines...

Démocratie contre violences policières
Tout comme la Zone à Défendre de Notre-Dame-des-Landes, où se relaient depuis plusieurs semaines des centaines de policiers en tenue anti-émeutes gazant et matraquant les opposants, de l’autre côté des Alpes le chantier du Lyon-Turin est en état de siège permanent. La zone de la Maddalena a été déclarée zone militaire. Elle a été entourée de grilles derrière lesquels les carabinieri et leurs canons à eau montent la garde jour et nuit. Depuis de nombreuses années, le mouvement no-TAV italien est confrontée à une répression féroce. Ce qui se joue, là-bas, comme à NDDL, c’est donc avant tout la liberté des populations à décider pour elles-mêmes. Et cela ne peut pas nous laisser indifférents.

L’aéroport de NDDL et le TAV accroissent l’industrialisation des espaces naturels et la prédominance des marchandises sur les personnes. Ils renient pour toujours la possibilité d’une économie locale et décente. Ils mettent les peuples en concurrence, au lieu de les relier. Ils sont imposé aux populations dans la violence.
De Nantes à Grenoble construisons la résistance face aux grands projets inutiles !

Prochains rendez-vous contre le Lyon-Turin, à Lyon :
- 30 novem­bre et 1er décem­bre : Forum contre la LGV Lyon-Turin. Le ven­dredi 30 novem­bre de 16h à 21h et le 1er décem­bre de 9h à 18h, à l’espace Sarrazin, 8 rue Jean Sarrazin.
- 3 décem­bre : Rassemblement et mani­fes­ta­tion à Lyon. 12h, Gare des Brotteaux, ras­sem­ble­ment contre le sommet de François Hollande et Mario Monti. Repas, assem­blée, prises de paro­les fran­çai­ses et ita­lien­nes, pré­sen­ta­tion des dif­fé­ren­tes luttes et de leurs contex­tes, jeux, tables d’infos... 14h, départ d’une mani­fes­ta­tion fes­tive.

Libeludd, libertaires luddites à Grenoble